Julien Doré, qui aurait cru ça d’un candidat d’une télé réalité?

Et oui, je m’apprête à faire une petit chronique sur Julien Doré. Je pensais en commençant ce blog parler plutôt d’artiste peu connu qui méritent bien plus de succès. Et je voulais plutôt éviter les buzzs. Mais l’album de Julien m’a impressionné.

Pour replacer l’animal, Julien, candidat (gagnant je crois) de la télé réalité Nouvelle Star 2007, sur la scène tv il se la joue rockeur, il en fait beaucoup, énormément! Il crie, il saute, il chante parfois. Sur le moment j’aime bien, mais à la longue ça semblait surjoué, complètement faux.

Et nous voilà un an après, ma radio callée sur le Mouv’ (chose plutôt rare d’ailleurs, autant la musique diffusée me plait de moins en moins). le moment préféré pour ma part de cette station la session acoustique de la ”Mouv’ Session”. Et ce soir, l’animatrice (sorte d’hystérique qui semble sortie de l’adolescence -même si elle a surement la trentaine!!- ) annonce “Julien Doré”.

Et là scotché à mon poste, c’est bien le Julien de la nouvelle star. Mais il est méconnaissable. Il risque de pas satisfaire ses fans de l’année dernière qui cherche l’hystérie, ou juste la folie rock’n roll qui semblait l’habiter. Donc pour moi une grande claque cette session acoustique:

Il a joué Bouche Pute qui est à mon sens le chef d’œuvre de l’album. Très beau texte début à demi voix très tendre, une fin qui s’envole. Une émotion qui se dégage c’est sur!

Sur le reste de l’album mes coups de cœurs en vrac Acacia (balade folk simple et efficace), Les Limites (un côté fou, décalé que j’adore, dommage que ça sente un peu trop le single),First Lady (très jazzy, j’accroche pas aux paroles, mais bonne ambiance) et un final sur De mots (en duo avec Arno, ils vont vraiment bien ensemble!)

Pour apporter des reproches malgré tout, l’album est très (pour moi trop) éclectique. Chaque morçeau part un peu dans tout les sens. Tout cela me semble bien normal pour un artiste qui peut-être se cherche un peu, mais j’ai du mal à écouter l’album en un seul coup sans tilté sur l’enchainement des titres.

Petit bonus duo Cocoon (dont je parlerai sûrement prochainement) et Julien Doré en acoustique à Taratata : Une reprise de Rehab de Amy Winehouse !!