The Mabuses (Kim Fahy) mystérieux et inattendu

Alors là, grande découverte pour ma part. Partit un lundi soir froid et pluvieux de ce superbe mois de juin 2008, assister à cette dernière black session de la saison. À croire les discussions dans la file d’attente, il semble bien que je ne sois pas le seul à ne pas connaître ce groupe! On récupère rapidement notre sésame en échange de notre nom bien noté sur la liste. on va attendre sagement l’autorisation d’aller s’installer dans le studio 105. celui ci semble être peuplé des âmes et des sons de tous ces groupes mythiques qui sont passés par là (pour ne citer qu’eux : radiohead, smashing pumpkins) installés donc confortablement, 22h à la pendule, le son des infos et puis un bernard lenoir un peu émus par cette dernière session de l’année et par l’artiste de ce soir “drôle d’oiseau” laisse rapidement la place au concert.

7_MG_0056_copier.jpg Kim Fahy rentre alors sur scène entourés par 6 musiciens. Grand et bel homme, très élégant, chemise noire, pantalon de costard et un beret vissé sur sa petite tête bien bronzée arborant une peau de bébé! Sa guitare paraît bien petite sur ce grand! Autour de lui une formation bien éclectique. un petit jeune chemise à carreau en retrait armé de sa guitare et sa boite à effets prêt à sortir d’incroyables sons de son instrument. Un batteur qui semble obsédé, mais par quoi? Une violoncelliste très charmante, seule fille du groupe, apporte cette touche de douceur dans ce groupe qui risquerait l’overdose de testostérone. Un mec, assis pour tout le concert qui joue avec précision et doigté du ukulélé. Un guitariste pianiste, la toison dégarnie, une grande barbe. Et pour finir un bassiste bien dans le stéréotype, plutôt grand et maigre, il vit son set au rythme de sa basse en communion.

Quelques accordements de dernière minute, et c’est partit! Le meneur du groupe nous colle au siège par ses premiers accords très aigus, distordus mais pour ma part juste ce qu’il faut.9_MG_0151_copier.jpg Chaque membre rajoute son morceau à un puzzle auquel on ne croit pas au premier abord! Et pourtant tout cela mis ensemble forme un ensemble impressionnant de mélodie et de justesse. Le groupe egraine ainsi sa setlist avec puissance et semble t il joie d’être là.

Si on s’approche un peu de leur musique on à du mal à y voir clair. il m’est impossible de les classer dans un style (et c’est tant mieux). Signe de richesse musicale et d’intelligence de pouvoir autant manier les styles. À l’écoute on pense tantôt à Radiohead pour leur pop planante et électrique, tantôt à oasis pour le rock entraînant et parfait. ils s’aventurent même parfois à des mélodies country digne d’un bon groupe américain.

Pour conclure j’ai une folle envie de découvrir leur deux premiers albums en particulier le 1er que beaucoup de fan considère comme culte. Et, très envie de réécouter cette black session dont la musique fouillée et détaillée pour en ressortir tout ce qu’il y à prendre!

bonne vacances nos cher black session. Et merci encore pour cette riche découverte!