MO, une drôle d’oiseau

moElle s’est posée en première partie du concert d’Emily Loizeau ce samedi soir à Magny (77) Au File7.

Les première note on se demande où on est tombée, une grande dame et trois gars l’entourent dans une pénombre presque oppressante. Les premières notes de sa voix nous laisse bouche bée. Une ambiance de performance artistique hallucinante.

Ce soir, un oiseau étrange s’est posé sur scène. Sa musique, son univers nous transporte ailleurs. Partit en voyage. Comme dans un rêve. Cette belle dame semble ancrée en terre, en communion avec la nature. A ses côté les musiciens apportent une pierre remarquable à l’édifice. Tantôt bruissements sonore d’une nature douce, et tantôt électronique presque violent. Ces mélodies dures, volontairement electriques et abruptes tranchent avec sa voix douce. L’ensemble peut parfois rappeler une certaine Bjork dans ce mélange contre nature d’instruments -du moins synthétiseurs divers- et voix pure.

L’ensemble donne quelque chose d’hypnotique. On est plongé dans son monde de rêve, comme Alice qui suit le Lapin blanc. Au début un peu hésitant de par l’aspect étrange de ce spectacle, on s’y engouffre pourtant!

Au côte de la chanteuse ce jeune gaillard devant ses machines se donne a 200%. Il semble déconnecté du reste, comme un dj techno perdu dans un spectacle pour enfants. Et il nous emmène avec lui dans ce rythme obsessant.

Formidable femme araignée (un des titres) qui nous fait passer dans un beau rêve. On y serait bien resté blottit, loin de la réalité.

A écouter quelques chansons sur son myspace, et guettons un album ou une prochaine performance scénique!