Mansfield Tya.

Deux nanas, des instruments classiques et electriques, une voix cassée, presque blessée, voici les ingrédients du duo Mansfield Tya.

Découvert pour ma part en cette fin d’été a Glazart, elle dégagent quelque chose d’assez indescriptible. Est-ce leurs textes noirs, durs ou tristes? Cette connivence que l’on sent entre elles? Ou simplement leur talent de musicienne?

D’un cote la douceur, un violon ou un piano et de l’autre une guitare, une batterie et cette voix remplie d’émotions. Elles passent d’un registre très classique, très mélodique sur des titres comme “pour oublier je dors” ou “” a des titres électriques, presque énervés.

Mais dans tous leur titres ont ressent ces émotions fortes. Ces blessures de la vie. On n’en sait pas plus sur leur histoire mais les paroles de déchirures sont là. Et on reste humblement sous le charme de leur talent et de ce qu’elles dégagent.

A voir un concert enregistré par l’équipe de grandcrew

Et leur dernier album (en écoute et achat) : http://bootik.abusdangereux.net/pro…