Be My Weapon, suite de Swell?

20091102-_MG_0142Ce soir là, après The Sleeping Years et The Two(cf post précédent), show de Be My Weapon toute en force et en finesse. Extirpé de Swell le chanteur semble prendre un virage plus rock avec une batterie plus présente et moins de sons électroniques.

20091102-_MG_0155Ce qui frappe dans ce concert c’est la batterie, centre nevraglique du groupe. Omniprésente et au centre des titres et de la scène, on n’a d’yeux a priori que pour ce batteur. Il donne un rythme et assoie une signature a ce groupe. Volonté de se détacher de Swell? peut être.

Cote musique je qualifierais cela de sorte de post rock virant au folk voir des sonorités country. A l’ecoute des titres studio sur leur myspace – oui ce n’est pas de la qualité cd – on est loin de retrouver la force et l’ampleur de leur musique.

David Freel, est en retrait sur la droite de la scène. Caché derrière sa casquette. Habillé comme Monsieur tout le monde, il paye pas de mine, petit pull simple, il ne donne pas dans l’apparence superflue. A gauche l’autre guitariste et claviétiste nous tourne quasiment le dos, casquette et chemise canadienne lui aussi.

Et tout a coup, la catastrophe, David Freel se casse un ongle, oui oui! Dur de gratter sa guitare. Il part se le mordiller comme il peu. Le batteur déconne sur les french people. On sent bien qu’ils sont là surtout sans se prendre la tête. Rafraichissant de voir ce gars qui pourrait “se la peter” avec sa grande expérience, être simple. Juste là pour notre plaisir des oreilles. Et on se laisse porter dans cet univers, la chaleur de la salle aidant!

Tout cela donne envie de se replonger dans les nombreux albums de swell que l’on qualifie parfois de “meilleur groupe du monde”, je m’y risquerai pas.


20091102-_MG_0143

D’autre photos : http://www.photosconcerts.com/index.php?image=be-my-weapon-paris-maroquinerie-2009-11-02&cid=3816