Lisa Li-Lund et Orouni en concert intimiste

20091107-_MG_0194Rendez vous dans un bel appartement du 18 ème arrondissement pour ce concert privé de Orouni et Lisa Li-Lund. On attend avec impatience d’écouter la soeur d‘Herman Düne, mais première partie avec Orouni.

En formation acoustique limitée à Rémi et Emilie d’Orouni ouvrent le bal. La sono est drôlement efficace pour un appartement, très bien menée par une vraie ingénieuse (euh, ça se dit ?) du son. Cela surprend, et même inquiète plusieurs d’avoir “trop” de son pour un concert intimiste. Alors oui, ils étaient du coup un peu moins proche du public. Cachés derrière leur micro. Mais peu importe, le son est réglé très doux, rien d’agressif. Et c’est tant mieux, la musique d’orouni n’a rien d’agressif!20091107-_MG_0211

Rémi à la guitare, simple, efficace, il est merveilleusement accompagnée au chant et au tambourin par cette belle voix féminine. Ils se répondent, se regardent. Il se passe un truc entre eux. Et c’est charmant. Au milieu de leurs morceaux assez classique “guitare”, ils s’assoient, s’installent avec de droles d’instruments sur leur genoux. Sorte de noix de coco où on aurait accroché une quinzaine de petites cuillères. Tout cela se joue aux pouces. Ce qui fait plaisanter Rémi, ce morceau [purement instrumental] s’intitule “arrête d’envoyer des sms à ton voisin”. Et bien, qu’ils continuent à s’envoyer des SMS! Un son ample, qui résonne, d’une simplicité déconcertante. C’est beau, quel bel interlude!20091107-_MG_0190

Leur set se termine – trop vite – ils semblent avoir été appréciés! Un petit entracte, où on doit “remplir nos verres”, sur ordre de notre hôte 🙂

20091107-_MG_0230Et s’installe ensuite Lisa Li-Lund. Soeur de l’illustre Herman Düne, mais qu’on oublie finalement rapidement pour écouter simplement cette fille, toute seule, derrière son synthé ou sa guitare. Bourrée d’autodérision, absolument zero prise de tête. Elle plaisante “c’est marrant mes chansons finalement c’est toujours les mêmes accords, et je m’en souviens même plus”, ou derrière son synthé, installée à genoux, s’amuse avec les sonorités différentes électronique.

20091107-_MG_0240Hormis cette aspect léger, elle chante vraiment bien, prend même la liberté de réinterpréter ses propres chansons traduites en français. Exercice pas simple, mais qu’elle rempli sans problème! On écoute ces morceaux, sans se rendre compte du temps qui passe – elle non plus – Et c’est déjà l’heure d’arrêter. Trop court on trouve, mais heureux d’avoir vécu ce petit moment, plein de douceur.

Merci à arbobo, Judith et Xavier pour le superbe accueil, et aux artistes!